Björling dans Faust

On ne se consolera pas de ne disposer d'aucun opéra intégral du répertoire français dans la discographie officielle du ténor suédois alors que Faust, Roméo et Juliette et Manon constituaient le fond de son répertoire.

Jussi Björling refusa Carmen dirigée par Reiner, Manon avec Monteux et Faust pour le second enregistrement de Cluytens. Ayant, enfin, surmonté son complexe « français », il se réjouissait d’avoir signé pour un Roméo avec Victoria de Los Angeles lorsque le destin en a décidé autrement. Parmi ses nombreuses incarnations de Faust, celles de 1950 et de 1959 au MET, ont été éditées. La seconde est la plus satisfaisante quant au son. Jussi y côtoie la Marguerite de sa compatriote Elisabeth Söderström, le Valentin de son ami Robert Merrill et le Mephisto de Cesare Siepi. Bien des ténors non francophones feraient bien de s’inspirer de l’articulation impeccable de Jussi ! Faust fut son dernier rôle interprèté sur scène au printemps 1960, à San Francisco.

Faust - MET 1959