K Ferrier Decca

A la suite de la rupture avec EMI, Kathleen Ferrier a gravé, de 1949 à 1952, l’essentiel de son legs discographique pour Decca, ce jeune label britannique qui n’allait pas tarder à se couvrir de gloire dans le domaine des enregistrements d’opéra et en jouant un rôle de pionnier en ce qui concerne la Haute-fidélité avec un jeune producteur, au moins aussi doué que Walter Legge, John Culshaw.


decca-1.jpg


En octobre 2004, a été édité un album de 10 CD qui n’était pas exhaustif, il est remplacé depuis mars 2012 par un nouvel ensemble de 16 CD intitulé « Centenary Edition, The Complete Decca Recordings ».


51ywzojv97l-sl500-aa300.jpg

 

Parmi tous ces trésors, il faut mentionner, d’abord, cette gravure historique du Lied der Erde deMahler, réalisée à vienne en mai 1952, en compagnie duténor Julius Patzak, avec les Wiener Philharmoniker, sous la baguette de Bruno Walter, disciple du compositeur et créateur de l’œuvre en 1911 : sans doute le sommet de l’art de la cantatrice et la meilleure version de l’œuvre avec celle dirigée par Klemperer avec Christa Ludwig et Fritz Wundernich.

mahler.jpg

Das Lied der Erde, « Von der Schönheit »


 Autre disque d’anthologie : les airs religieux de Bach et de Haendel, extraits de la Messe en si et des Passions du premier, des Oratorios du second. Kathleen Ferrier est accompagnée par le London Philharmonic Orchestra conduit par Sir Adrian Boult. Cet enregistrement fut réalisé en octobre 1952, en monophonie, comme c’était encore la règle, à cette date. En 1960, John Culshaw a pris le risque de faire réenregistrer par le même orchestre, sous la direction du même chef, les parties orchestrales en stéréophonie, mixées avec la voix de Kathleen Ferrier…en monophonie !

decca-2-1.jpg

L’extrait suivant du Messie que nous insérons, dans les deux éditions, permettra à tout un chacun de juger du résultat !

Le Messie « He was despised » édition de 1952 en monophonie

Le Messie « He was despised » édition de 1960 en stéréophonie