9°Symphonie Bayreuth 51

Les documents laissés par Walter Legge ne nous permettent pas de savoir s'il avait l'intention d'enregistrer, à des fins commerciales, la Neuvième Symphonie de Beethoven en arrivant à Bayreuth en juillet 1951, même si la présence Furtwängler constituait un événement. Quand le grand chef disparu, prématurément, en novembre 1954, on s'aperçut qu'il ne laissait aucune gravure officielle de la Neuvième Symphonie, réalisée en studio. On se décida donc à publier le concert du 22 juillet 1951 et cette édition fut une des meilleures ventes de l'histoire du disque microsillon. L'ensemble de la critique considérait alors cette interprétation de la Neuvième Symphonie comme étant insurpassable, y compris sur le plan du son, dans l'acoustique exceptionnelle du Festspeilhaus de Bayreuth.

Bien des années plus tard, le vent ne soufflait plus dans la même direction et la critique trouvait à cette interprétation toute sorte d'insuffisances. On redécouvrit alors les bandes d’une exécution de la même œuvre par Furtwängler, quelques mois avant sa mort, avec les mêmes solistes qu'en 1951 et les forces de l'orchestre Philharmonia de Londres, dans le cadre du festival de Lucerne. Avec une prise de son d'une qualité bien supérieure, cette version aurait dû s'imposer mais il était impossible de la diffuser pour des raisons contractuelles, le Philharmonia de Londres devant graver leur propre interprétation quelques mois plus tard, sous la direction de Karajan.

En définitive, la version réalisée à Bayreuth en 1951 reste un très grand moment de l'histoire de la musique enregistrée, parmi les sept ou huit gravures disponibles par le même chef, à partir de captations de différents concerts. Les amateurs pourront se livrer à des comparaisons intéressantes, d'autant plus que la version de Lucerne, de 1954, a été éditée très récemment dans d'excellentes conditions dans le format SACD et l'on peut renvoyer les passionnés au site Internet de la Société W. Furtwängler-France.

 

Beethoven : Neuvième Symphonie, deuxième mouvement "Molto Vivace".