audio Géori Boué

 

2017 01 30 0001

Entre décembre 1947 et juin 1948, dans un Londres détruit par la guerre, Geori Boué enregistre une intégrale de Faust, sous la prestigieuse baguette de Sir Thomas Beecham, à la tête du Royal Philarmonic Orchestra. Elle a pour partenaires de grands chanteurs français de l’époque : le baryton Roger Bourdin qu’elle a épousé en 1944, le ténor Georges Noré, la basse Roger Rico, dernier quatuor au disque d’interprètes de cet opéra entièrement français.

Faust, air des bijoux

 

2017 01 30 0002

En 1948, elle est Antonia dans Les contes d'Hoffmann d’Offenbach, dirigés par André Cluytens avec l'Orchestre de l'Opéra-Comique, Raoul Jobin, Renée Doria, Vina Bovy, Bourvil.

Les Contes d’Hofmann : « Elle a fui, la tourterelle … »

 

Elle grave en 1952, Thaïs aux côtés de son mari, de Jean Giraudeau, de Michel Roux, sous la direction de Georges Sebastian.

Thaïs : « Dis-moi que je suis belle …»

 

Les deux intégrales de Faust, des Contes d'Hoffmann et de Thaïs sont toujours disponibles (Naxos). Un CD Malibran propose des extraits d’opéra enregistrés entre 1942 et 1949 et quelques Massenet, Berlioz et Bizet de 1957, ce qui permet de suivre l’évolution d’une voix qui a muri naturellement et s’est élargie sans perdre ses qualités premières : celles de la clarté du timbre et de la diction. Preuve de la qualité de sa technique vocale. Ce CD offre également une interview de l’artiste de 2011. S’il fallait émettre une réserve, ce serait sur les techniques d’enregistrement de l’époque, incapables de rendre la vérité d’une voix qui ne trouvait la plénitude de ses harmoniques que dans l’acoustique d’une salle de théâtre. Géori Boué reste un bel exemple de ce que l’on appelait naguère « le chant français ».

Danielle Pister