Grümmer Freischütz

En 1958, Electrola, filiale allemande du groupe EMI, a réalisé un enregistrement du Freischütz qui est encore considéré, aujourd’hui, comme une version de référence. L’Orchestre Philharmonique de Berlin, déjà placé sous la férule de Karajan, avait été prêté, pour la circonstance, au chef d’orchestre Joseph Joseph Keilberth , un des artisans de la renaissance de Bayreuth, depuis le début de la décennie. Elisabeth Grümmer y incarnait Agathe, face à l’Ottokar d’Herman Prey et au Max de Rudolf Schock. Elle passait alors pour la meilleur interprète d’un rôle qu’elle avait chanté au festival de Salzbourg, sous la direction de Furtwängler, en 1954.

Acte I, final : scène et air d'Agathe