Sena Jurinac

Dans le legs discographique de Sena Jurinac, deux gravures, réalisées avec les forces de l’Opéra de Vienne et les Wiener Philharmoniker sont à marquer d’une pierre blanche.

En septembre 1950, sous l’égide du fameux producteur Walter Legge et sous la baguette du jeune Herbert von Karajan, la cantatrice incarne Cherubin dans une intégrale des Noces de Figaro à tous égards historique mais, hélas, dépourvue de récitatifs. En effet, la Columbia britannique ne croyait guère dans le futur succès du microsillon : on décida donc de publier en un lourd coffret de 78 tours une telle édition « tronquée ». L’album « longue durée » correspondant ne devait sortir qu’en 1952.

Les Noces de Figaro, air de Cherubin, acte I

Les Noces de Figaro, "Voi, lo che sapete..", Air de Cherubin, acte II

 

Autre album historique, le Rosenkavalier édité par Decca en haute fidélité –mais en monophonie- en 1954 : Jurinac y incarne Octavian, face à la Maréchale de Maria Reining et à la Sophie de Hilde Güden. Les Wiener Philharmoniker sont dirigés par le grand Erich Kleiber, le propre père de Carlos Kleiber qui devait, lui aussi, trois décennies plus tard, se couvrir de gloire dans la même œuvre.

Der Rosenkavalier, trio final (Maria Reining, Sena Jurinac, Hilde Güeden)

 

Parmi les nombreux reports de prestations publiques, notons cette Manon enregistrée par al Radio de Hambourg en 1950, avec l’excellent Des Grieux d’Anton Dermota.

Manon de Massenet, duo "de Saint-Sulpice"