Warren,Forza del destino

Dans les années 1957-1964, les deux grands labels RCA et Decca furent associés dans un partenariat pour une mise en commun de leur potentiel artistique et commercial aux USA et en Europe. Cela impliquait un partage des « artistes maison » pour des réalisations communes.

C’est ainsi que Leonard Warren fut amené à participer à des intégrales de La Gioconda de Ponchielli et de La Forza del destino de Verdi réalisées par le célèbre John Culshaw, le producteur vedette de Decca, un des pionniers de la Haute Fidélité dans le domaine lyrique. Ses principaux partenaires étaient Zinka Milanov , Giuseppe di Stefano, Rosalind Elias, Giorgio Tozzi. Les prises de son eurent lieu à Rome, au cours des étés 1957 et 58, non pas à l’Opéra de Rome mais avec les forces de l’Academia Santa Cecilia placées sous ladirection de Fernando Previtali.

La gravure de La Forza del Destino est particulièrement émouvante puisque c’est en incarnant Carlo que Warren devait mourir, moins de deux ans plus tard, au terme de son duo avec Alvaro. En effet, le 4 mars 1960, Leonard Warren s’est effondré sur la scène du MET, juste avant d’entonner : « Morir ! Tremenda cosa »

 

La Forza del Destino, acte III sènes 4 et 5 : duo Alvaro-Carlo, « Solenne in quest'ora» ; air de Carlo : « Morir ! Tremenda cosa »