Lucia

LUCIA DI LAMMERMOOR de DONIZETTI (26, 28, 30 novembre)


Opéra en trois actes sur un livret de Cammanaro d'après le roman de Walter Scott, Lucia di Lammermoor a été créé à Naples en 1835. Son action se déroule à la fin du XVIe siècle en Ecosse où sévissent les guerres de religion entre catholiques et protestants. Les Ashton, rivaux des Ravenswood, se sont appropriés leur château situé à Lammermoor. Les luttes politiques ont affaibli Lord Ashton qui cherche des alliances. Il contraint sa sœur, Lucia, à épouser Lord Arthuro Bucklaw, mais elle refuse car elle est amoureuse d'Edgardo de Rawenswood, ennemi héréditaire d'Enrico Ashton qui rompt les relations entre sa sœur et son amant. Lucia attend Edgardo avec son amie Alisa à laquelle elle confie son rêve d'une jeune femme tuée par son amant, un Rawenswood. Alisa lui demande de renoncer à Edgardo, lequel vient annoncer à Lucia qu'avant de partir pour la France, il voudrait l'épouser, tout en lui recommandant le secret. Enrico Ashton met au point l'union de Lucia et d'Arturo après avoir détruit les missives d'Edgardo à sa sœur.
A la cérémonie, Lucia reproche à son frère son inhumanité et elle lui rappelle qu'Edgardo lui a fait des avances. Une fausse lettre témoigne de l'infidélité de l'absent. Le chapelain Raimondo parvient à convaincre Lucia de se marier avec Arturo mais, au fond d'elle- même, elle est décidée à se suicider une fois l'union prononcée. Enrico prépare Arturo à la réaction de Lucia qui arrive et signe l'acte de mariage. C'est là qu'Edgardo vient demander la main de sa fiancée. Les trois hommes se préparent au duel au moment où Raimondo exhibe le contrat de mariage signé de Lucia. Edgardo reprend la bague et s'enfuit en la maudissant. Durant la fête, Raimondo annonce que Lucia a assassiné Arturo dans un moment de folie. Toute tachée de sang, elle rêve dans sa <scène de la folie> d'une future union avec Edgardo. Enrico survient et Lucia qui a perdu la raison le prend pour Edgardo auquel elle demande de l'absoudre. Elle est à l'agonie. Edgardo est prêt pour son duel tout en ignorant la fin tragique de celle qui fut sa fiancée et qui ne cesse de prononcer son nom. Le glas l'avertit du décès. Il se poignarde et meurt à son tour.
PRODUCTION DE L'OPERA-THEATRE DE METZ : Direction musicale, Alain Guingal (Orchestre National de Lorraine) ; mise en scène, François de Carpentries et Karine van Hercke ; décors, Siegfried Mayer ; costumes, Karine van Hercke. Distribution : Lucia, Isabelle Philippe, soprano ; Alisa, Marie-José Dolorian, mezzo ; Edgardo, Alexandru Badea, ténor ; Enrico, Olivier Grand, ténor ; Raimondo, Nikka Guliashvili ; Lord Arturo Bucklaw, Stanislas de Barbeyrac, ténor. Chœurs de l'Opéra-Théâtre de Metz.